Publié le 5 octobre 2020

Lapins bio : rencontre avec l’INAO

Passant sur un cahier des charges européen (note : les lapins bio suivaient pour le moment un cahier des charges uniquement français), les éleveurs se retrouvent impactés directement par la nouvelle réglementation (dimension des logements…). Cette règlementation a deux impacts : un impact économique (plusieurs éleveurs se retrouvent face à l’obligation de ré-investir pour modifier les modes de logement des lapins), mais aussi technique : les éleveurs soulèvent plusieurs « incohérences » dans ce nouveau cahier des charges. A titre d’exemple, il est demandé à ce que les lapins puissent se tenir debout, les oreilles dressées, en tout endroit du logement (parc fixe ou abri mobile), notamment les espaces abrités (lieux de couchage, nidation…). Or, il s’avère que le lapin, naturellement, choisit des espaces « étroits » (ex : terriers) pour s’y terrer, faire leur nid, notamment car ils s’y sentent plus en sécurité.

L’association des lapins bio de France (AELBF), accompagnés par la FNAB, rencontrent lundi 5 octobre l’INAO. Il sera question de :
• Négocier des délais de mise en place du nouveau cahier des charges
• Souligner et mettre en avant les incohérences du cahier des charges dans l’espoir que son contenu soit revu.